bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

Menu

bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

10 janvier 2016

Grand Mawlid de Paris – 3e édition

Hier, 9 Janvier 2016, s’est tenu à Paris au théâtre Adyar la 3ème édition du « Grand Mawlid de Paris ». Pour la troisième fois ce Mawlid rassemblait plusieurs voies soufies présentes en France, la confrérie Alawwiyya originaire d’Algérie, la confrérie Chishtiyya originaire d’Inde, la confrérie Habibiyya originaire du Maroc, la confrérie Naqshbandiyya originaire de Chypre, la confrérie Qadiriyya Ashrafiyya originaire de l’ile Maurice et enfin la confrérie Qadiriyya Boutchichiyya originaire du Maroc.

L’après-midi a débuté par l’interprétation par Khwaja et Kamtushah Ameer au Sitar d’un morceau de musique traditionnelle d’Inde. Signalons que ce sont de très jeunes interprètes qui ont joué avec beaucoup de passion.

Le spectacle s’est poursuivi avec des chants soufis du monde : « Sama » de l’ile Maurice avec le groupe Nadeem et Sunni Khanka, puis le groupe AISA d’Algérie, puis le groupe Abdelhakim El Achhab et l’ensemble Safa du Maroc et enfin le groupe Mushtaq Qawwal d’Inde qui a clôturé la première partie.

Une entracte pause a permis au public de déguster du thé à la menthe et diverses boissons, ainsi que de savourer de succulents gâteaux offerts par les différents organisateurs de la soirée.

Après la pause le professeur Tayeb CHOUIREF a fait une conférence ayant pour thème « paix et amour de l’humanité » dans l’enseignement du Prophète. Il était présenté par Younés Aberkane. Il a rappelé entre autre les indications qu’a données le prophète à ceux qui venaient l’écouter : « semer la paix, nourrir les nécessiteux, créer des liens et prier la nuit pendant que les gens dorment. » Le simple respect de ces recommandations du Prophète permettrait à l’humanité de vivre ensemble autrement. Ce qui était intéressant et inattendu c’est qu’il nous a montré le Prophète à travers les yeux d’un Rabbin qui a été très surpris de l’aspect paisible du Prophète et de sa demande que les musulmans sèment la paix alors qu’il venait de subir 13 années de persécutions incessante à la Mecque qu’il venait de fuir et que l’on pouvait penser à ce qu’il soit aigri et recherche la vengeance. Et pourtant son premier mot sera : paix. (As Salam)

Pour connaître le Prophète, Tayeb Chouiref nous dit que la Sira n’est pas suffisante et qu’il ne faut pas hésiter à chercher ailleurs des témoignages. Il rappelle que Dieu a dit en parlant du Prophète : « Nous ne t’avons envoyé que comme Miséricorde pour les Mondes ». Donc pas seulement pour les musulmans.

Le Cheikh Bentounes rappellera plus tard dans la soirée qu’un verset dit  « Ô vous qui croyez, » et non pas « Ô vous les musulmans ».

Younès Aberkane a conclu en rappelant que l’Emir Abdel Kader s’inscrit par son comportement de Miséricorde dans la lignée du Prophète, en sauvant 12000 chrétiens menacés de mort alors que sa maison avait été détruite, son pays occupé, et qu’il avait été exilé par les chrétiens lui rappelait–on.

Cette conférence a été suivie d’un court message de Paix, d’Amour et d’Unité par les Artisans de Paix mouvement qui regroupe des personnes de tous horizons et de toutes religions dans un esprit de paix et de partage.

Puis le spectacle musical a repris avec l’interprétation d’un jeune violoncelliste de talent, Jacob Shaw, d’une pièce écrite par le compositeur contemporain Théophile de Wallensbourg qui était présent et a expliqué qu’il répondait à une commande dans laquelle devait apparaître un aspect persan. Il nous a expliqué qu’il avait vécu en Iran, et que son Maitre soufi était Iranien. Le Derviche tourneur Omar a exécuté la danse-prière traditionnelle transmise par Rumi pendant cette interprétation.

La présentatrice Latifa était très émue de cette interprétation et a souhaité pouvoir écouter bien d’autres pièces de Wallensbourg. Inch’allah ! lui fut il répondu.

Enfin le spectacle musical s’est terminé en apothéose par la prestation extraordinaire du célèbre chanteur Yassine Habibi accompagné de l’ensemble Rouh Meknès constitué de solistes de renom. A l’écoute de ces chants les participants n’ont pu résister au plaisir de chanter et danser et quelques personnes sont même montées sur scène pour faire la Imara accompagnée des chants et de la musique du groupe de Meknés.

Puis la soirée s’est clôturée par la signature d’un appel au Rassemblement des Confréries Soufies de France signé solennellement par le Cheikh Bentounès , le Cheikh Baha’u’llah de la confrérie Naqshbandiyya et le fils de René Guénon Abdul Wahad Guénon.

Le Cheikh Bentounès a rappelé l’importance de la visibilité des éléments porteur de paix et de fraternité de l’Islam et a insisté sur l’absolue nécessité de développer le Vivre ensemble et le faire ensemble et d’éduquer nos enfants et petits enfants à respecter tous les hommes, qu’ils soient de confessions différentes de la leur ou même qu’ils n’aient pas de croyance du tout, imitant en cela le Prophète Mohammed qui a inscrit dans le Umma tous les habitants de Médine qu’ils soient juifs, chrétiens, musulmans, ou autres. Il a poursuivi en nous invitant aussi à respecter aussi tous les êtres vivants. Il a rappelé le grand respect que le Prophète avait pour les autres croyants, puisqu’il avait prêté à un groupe de chrétiens de passage à Médine sa propre Mosquée pour célébrer la messe de Pâques. Il a également souligné que les musulmans ne devaient pas avoir honte de ce que des individus ont fait se réclamant de l’islam car l’islam ne préconise en rien de tels actes.

Souhaitons que ce Rassemblement des Soufis de France permette à notre pays de connaître le Cœur vivant de l’Islam.

Etaient également présents des personnalités chrétiennes dont un moine Dominicain vivant à Istambul, ami de Cheikha Nur Maitre Soufie, Prince de la famille royale française, et Christian et Thérése Roesh de l’association Gita Mallash, et qui souhaitent publier dans leur revue un article intitulé : « L’Islam magnifique » .

Internationales