Menu
bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt-donation-orange
bt-member-orange
22 mai 2015

La guerre est devenue un enjeu économique

“Que faire aujourd’hui dans un monde qui nous semble aller à la dérive ?”, s’est interrogé le guide spirituel de la confrérie Alawiya.

Khaled Bentounès, le guide spirituel de la confrérie Alawiya, auteur de plusieurs livres sur l’islam, a évoqué ce mardi, à Oran, le désir de paix, devant la peur de l’autre qui alimente l’intolérance. Le cheikh était l’hôte du centre Pierre-Claverie, diocèse situé à St-Eugène, qui  réunit les hommes et les femmes de différentes religions. Un moment fort pour soutenir l’initiative du chef spirituel pour la concrétisation du projet d’une Journée mondiale du “Vivre ensemble” qui sera soumise aux instances de l’ONU.

   “Nous avons à l’esprit que la paix et le vivre ensemble sont un état d’être et c’est aussi le champ de la conscience, car la paix se cultive comme une rose”, a laissé entendre le cheikh.  “Que faire aujourd’hui dans un monde qui nous semble aller à la dérive ?”, s’est-il interrogé, déplorant toutefois le mutisme dans lequel se drapent les faiseurs de guerres. “La guerre et la violence rapportent plus que la paix, car c’est devenu un problème et un enjeu économique majeur”, a asséné le conférencier. Assis à ses côtés, Mgr Jean-Paul acquiesce quand il entendra cheikh Bentounès soutenir mordicus qu’“une minorité fait de la guerre son fonds de commerce”.
Des messages qui seront condensés dans le parler simple du conférencier qui soulignera que “nous sommes réunis dans cette église pour parler de la foi”, mais aussi dans la perspective de mettre en garde les esprits intolérants sur les violences apparues aux XVIIIe et XIXe siècles. “Il y avait plus de violence et de guerre à ces époques alors qu’on était à peine un milliard d’habitants sur terre”, dira le conférencier.
Pour lui, et à l’orée du XXIe siècle, la violence a baissé de 17% pour plus de 7 milliards d’êtres humains, rappelant dans ce contexte que le Moyen-Orient compte moins de violence qu’en Amérique du Sud comme beaucoup peuvent le penser.
S’agissant du projet de décréter une Journée mondiale du vivre ensemble par l’ONU, cheikh Khaled Bentounès a assuré que la réception à cette initiative a été très positive pour l’ouverture d’un “nouveau chemin pour une culture de paix”.
Le conférencier a également annoncé le projet de création d’une académie de paix pour enseigner la gestion des conflits à travers l’art, la culture, l’éducation, la science, la communication et la spiritualité.
Il a appelé à la négation de la culture du chacun pour soi qui mène à des conflits politiques, sociaux et environnementaux nuisibles à l’ensemble de l’humanité. Plus proche de nous, le drame qui se joue en Méditerranée ne laisse pas indifférent l’orateur qui a regretté que des milliers de jeunes et de moins jeunes, hommes, femmes et enfants périssent en mer pour fuir les affres de la guerre dans leur pays ou pour rechercher l’Eldorado.

source: K.R.I(Liberte 22/05/2015)

Culture de Paix