bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

Menu

bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

22 juillet 2015

COP 21 – Sommet des Consciences – 21 juillet 2015, Paris

IMG_3134
Le climat, l’affaire de tous : un « Sommet des consciences ».

Les 20 et 21 Juillet 2015, la campagne internationale «  Why do I care » invite chacune et chacun à exprimer, en son âme et conscience, pourquoi  la lutte contre le réchauffement climatique est importante et le concerne, à en témoigner et à le faire savoir autour de lui.

Dans le cadre de cette campagne et en préparation de la Conférence internationale sur le climat (COP21), le « Sommet des consciences pour le climat » a été inauguré par une allocution de François Hollande et de Jean-Paul Delevoye, le président du Conseil économique, social et environnemental. Il a donné la parole à une quarantaine de personnalités – dignitaires religieux, chefs d’Etat, scientifiques, prix Nobel de la paix, artistes. L’ancien général des Nations Unies Kofi Annan, l’acteur et ex-gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger ou encore l’essayiste Pierre Rabhi étaient présents.

Le sommet est aussi l’occasion de lancer le « Green Faith in Action », une initiative pour rendre les villes de pèlerinage sobres en carbone.

Extrait de l’intervention du cheikh Khaled Bentounes

Le président d’honneur d’AISA ONG Internationale, invité à prendre la parole lors de cet évènement, répond à la question : pourquoi  la lutte contre le réchauffement climatique est importante et le concerne ?

« Comment ne pas respecter cette terre mère qui nous a donné naissance, qui nous a nourris et continue à le faire ? Cette terre qui, une fois morts, nous reçoit en son sein quand nos propres amis se débarrassent de nous. De par notre constitution physique, nous sommes de terre. Donc revenir à la notion de terre mère, c’est la respecter un peu mieux, et comprendre que c’est du vivant. La terre, le végétal, l’animal, tout comme l’être humain, c’est du vivant.

Nous sommes dans une chaine continuelle de vivant à vivant. La rompre serait dommageable pour tous. « Nous n’héritons pas la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants », affirmait Saint-Exupéry. Cela implique une responsabilité, vis-à-vis des créatures, de la vie même. Mais aussi une espérance : nous devons porter en nous l’espérance en l’avenir et la transmettre, même dans les moments d’épreuve, aux générations qui nous succéderont.

Le prophète Mohamed encourageait l’homme à planter une plante ou semer une graine. Il disait: même à la fin des temps, continuez à semer et à planter. Nous avons le devoir de porter cet espoir jusqu’au bout, de préserver cette terre pour les générations à venir parce que nous n’en avons pas d’autre. Ce minuscule vaisseau dans l’espace infini qu’on appelle Terre est unique : jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons trouvé nulle part une autre oasis de vie.

Et nous n’avons d’autre choix que d’y vivre ensemble.

Œuvrer pour la préservation de la planète, relever les défis environnementaux, climatiques et les injustices sociales qu’ils provoquent, revient à œuvrer pour la paix et le mieux-vivre ensemble. Individuellement et collectivement, nous devons envisager l’avenir et notre présence sur terre d’une nouvelle façon : une présence qui soit viable écologiquement, vivable économiquement, équitable socialement et épanouissante spirituellement. C’est pourquoi nous proposons à l’ONU de décréter une Journée Mondiale du Vivre Ensemble, avec, parmi les priorités de ce projet, l’écologie, parce que le développement durable favorise la paix durable. Nous sommes tous sur un même bateau. Où qu’il aille, nous y allons ensemble. Chacun est concerné quels que soient sa religion, sa nationalité, ses opinions. »

 

Le Sommet des Consciences pour le climat

Troisième plénière : What do I do ? – Comment lutter face au changement climatique
Témoignages, actions et engagements des participants et des communautés religieuses.

Interventions introductives :
– M. Sebastiao Salgado, Photographe, co-fondateur de « Instituto Terra », Brésil-France
– S.E. Mgr Nathan Kyamanywa, évêque de Bunyoro Kitara, Ouganda

Discussion entre les intervenants (présentés ci-dessous par ordre alphabétique)
– Dr Vinya Ariyaratne, Directeur du Mouvement Sarvodaya Shramadana, Sri Lanka
– M. Swami Amritasvarupananada, Représentant d’Amma, Inde
– Jathedar Ji, Jathedar Akal Takht, Comité Shiromani Gurdwara Prabandhak, Inde
– Cheikh Khaled Bentounes, guide spirituel de la confrérie soufie Alawiyya, Algérie
– M. Sailesh Rao, directeur du « Climate Healers Initiative for Transformation », Etats-Unis
– Mme Alina Saba, Défenseure de l’Environnement, Népal
– S.E. Mgr Frederick Onael Shoo, Fondateur du mouvement Luthérien pour l’écologie en Afrique (Tanzanie)

Plus de détail …

whydoicare
cop21

la Croix

A ne pas manquer