bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

Menu

bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

Avec les contributions d'Edgar Morin, Jean-Claude Carrière, Jean Staune, Thierry de Montbrial, Faouzi Skali... Dans le cadre du festival de Fès des musiques sacrées du monde, s'est tenu en juin dernier un colloque international regroupant des spécialistes du monde entier (dont Madame Strong, la numéro quatre de la Banque mondiale) réfléchissant ensemble trois jours durant sur "comment vivre la mondialisation autrement ?". En effet, la prise de conscience de l'importance de la diversité des cultures est sans doute d'autant plus urgente que celle-ci semble menacée. Tout se passe comme si une seule vision de la mondialisation, culturelle elle aussi, semblait vouloir s'imposer partout. Les nombreuses réactions que l'on voit se manifester sont justement salutaires pour constituer ces contre-pouvoirs à même d'ouvrir de véritables espaces de débat. Ce débat gagnerait en force et en profondeur s'il devenait aussi plus global, incluant non seulement les dimensions de l'économie et du social, mais aussi de la culture (dans le sens large du terme de la vision du monde, telle qu'elle se construit à travers l'histoire d'une communauté) et de la spiritualité. Au lieu de vouloir unifier les visions du monde, il serait bien plus profitable de voir comment les spécificités et les "compétences" particulières de chaque culture ( et finalement de chaque expérience) viendraient enrichir ce débat mondial. Pour cela, il faudrait introduire la notion d'une véritable "démocratie globale" où la pluralité des pensées de vue et des expériences humaines se trouverait prise en compte et reconnue.