bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

Menu

bt_ecosoc

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

Notre Message l’Espérance. Notre Voie la Paix. Notre Choix le Mieux Vivre Ensemble.

bt_donation-white

pgr_prix_emir_fr_couv-big

Prix Emir Abd El-Kader  pour la promotion du Vivre Ensemble et de la coexistence pacifique en Méditerranée et dans le monde 21 septembre 2016 – Fondation Djanatu-al-Arif à Mostaganem (Algérie) .

Dans le but de promouvoir la culture de paix et le Vivre Ensemble, AISA ONG Internationale, la Fondation Méditerranéenne du Développement durable (Djanatu-al- Arif) et le Programme MED 21 ont décidé de créer le Prix Emir Abd el-Kader. Ce Prix est destiné à distinguer des personnes physiques et morales, en provenance de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée ainsi que du reste du monde ayant apporté une contribution significative à la pratique du Vivre Ensemble et au renforcement de la coexistence pacifique entre les peuples, les groupes sociaux et les individus.

Ce Prix a été créé en hommage à la figure emblématique de l’Emir Abd el-Kader (1808-1883) précurseur de ce Vivre Ensemble si nécessaire pour lutter contre les tentations de l’exclusion et de la violence. Il fut un résistant, patriote, humaniste, défenseur des minorités de toutes confessions, héraut d’un islam d’ouverture et de tolérance dans la voie tracée par son guide spirituel Ibn Arabi.

 

Pour sa première attribution, le Bureau exécutif du Prix Emir Abd el-Kader réuni, le lundi 18 juillet 2016 à Paris, a désigné les lauréats suivants:

  • Lauréat rive nord : M. Federico MAYOR (Espagne) Ancien Ministre. Ancien Directeur général de l’UNESCO. Co-fondateur de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies. Président de la Fondation pour une culture de paix.
  • Lauréat rive sud : M. Lakhdar BRAHIMI (Algérie) Ancien Ministre. Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies. Médiateur international de l’ONU
  • Lauréat reste du monde : M. Raymond CHRETIEN (Canada) Ambassadeur honoraire du Canada. Membre de la Fondation Trudeau. Président de l’Observatoire international des Maires sur le Vivre Ensemble.
  • Mention spéciale : Le Bureau exécutif du Prix Emir Abd el-Kader s’est félicité de l’inauguration à Alger, le 15 juin 2016, de la Chaire UNESCO « Emir Abd el-Kader pour les Droits de l’Homme et la Culture de Paix » et a décidé de décerner une mention spéciale à ses promoteurs
    • le Pr. Tahar HADJAR, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique et ancien recteur de l’Université d’Alger I
    • le Dr. Issam TOUALBI, Directeur de la Chaire

 

La cérémonie de remise du Prix Emir Abd el-Kader sera présidée par :

  • Madame Fadila LAANAN, Secrétaire d’Etat et Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois
  • Monsieur Driss DJAZAIRI, Ambassadeur, Rapporteur Spécial du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, Directeur exécutif du Centre de Genève pour la promotion des Droits de l’Homme et le Dialogue global !

Transcription du début de l’interview

« Le soufisme est une école de pensée qui a marqué le monde musulman depuis la nuit des temps, depuis l’histoire de l’islam et même certains historiens le font remonter plus loin puisqu’il vient de la Hanifiya. La hanifiya est citée par le Coran dans plusieurs versets ou Sidna Ibrahim est décrit comme un hanif. Ce mot hanif témoigne déjà qu’autour du Prophète Muhammad (ssp), il y avait des gens qui avaient cette attitude, cet état de conscience, cette vision de l’intériorité et de l’extériorité.

L’histoire du tasawwuf (soufisme) est mêlée à l’histoire de l’Islam. J’ai écrit un livre dont le titre est “Le soufisme, coeur de l’islam” parce que oui, toute chose a un coeur. Oui c’est un livre qui est aujourd’hui un livre de référence qui parle surtout de cette transmission ininterrompue depuis plus de 14 siècles. Dans le monde musulman nous avons eu beaucoup d’autres écoles de pensées juridiques, théologiques philosophiques, et même extrémistes comme dans le sunnisme que le chiisme, mais qui ont eu une impact historique limitée qui ont vécu un temps et dont le message a totalement disparu.

Le soufisme reste dans la constance. Pourquoi ? Parce qu’il est dans l’Universel. Il véhicule cette pensée universelle de la tradition mohamédienne mais aussi de la tradition de tous les Prophètes, c’est-à-dire le principe de l’unicité. Il est avant tout le moyen ou le lien qui relie l’être au soi. Comme disait le Prophète: “Celui qui connaît son moi, connaît son Seigneur.” Cette connaissance qui nous amène à réfléchir sur nous-mêmes, à réfléchir sur nos semblables et à réfléchir sur les liens qu’on a avec la création toute entière.

Nous faisons partie d’un tout. Ce tout, c’est le Tawhid (l’unicité). L’Univers est Un ou les Univers sont UN. Les créatures sont unes. C’est le souffle divin. C’est ce souffle de l’esprit divin qui anime et qui fait que chaque chose a pris forme, chaque chose a une action. Le soufisme essaye de nourrir la conscience de l’être humain pour qu’il ne soit pas prisonnier de son égo, pour qu’il ne vive pas sous la dictacture de l’égo égoïste, de cet égo égotique, qui l’emprisonne et qui parfois le mène vers la catastrophe.

Le soufisme est une lecture. Il nous emmène vers l’alphabet. L’alphabet divin où chaque lettre a une forme, chaque lettre a un son, chaque lettre a une expression qui nous permet de se découvrir et de découvrir le monde, de découvrir l’autre. Non seulement sur le plan de notre humanité mais sur le plan du lien qui fait que nous sommes d’une seule âme.

Il nous a créé d’une seule âme. Est-ce que cette humanité a une seule âme ? Est-ce que l’origine est la même? Oui répond la science, l’humanité toute entière est d’une même famille. Génétiquement nous sommes semblables. »

2ème partie

Transcription de la conclusion
“Il faut tendre à s’unir devant l’adversité et à préparer l’avenir pour vivre l’un avec l’autre et non pas l’un contre l’autre.

Nous essayons de montrer qu’il y a encore des pays musulmans qui ont connu la souffrance, des pays qui ont connu l’humiliation, la colonisation, le terrorisme, les années noires et qui arrivent encore à espérer et qui sèment l’espoir, non seulement pour eux-mêmes mais pour le reste du monde, à tendre la main au reste du monde et à dire réveillez-vous! Tous ceux qui ont encore de l’espoir pour que que l’humanité de demain, cette famille puisse s’unir et entreprendre des actions communes. Et bien le moment est venu: Ne baissons pas les bras et ne disons pas “nous ne pouvons rien faire”. Non chacun de nous peut par la parole, par le geste, par un sourire, par une pensée, une prière, aider ce projet du Vivre Ensemble, ce projet de l’humanité, ce projet qui débouchera sur une justice plus grande, sur un partage plus grand, sur un savoir et des connaissances partagés.

Il vaut mieux enseigner cela à nos enfants pour qu’ils portent en eux l’espoir de demain plutôt que de leur enseigner il y a tel contre nous. La négativité ne sert à rien. »

 

Cheikh Khaled Bentounes

LE CHEIKH DE LA ZAOUIA ALAOUIA DECLARE A REFLEXION : L’Algérie est ‘’bi kheir’’ »

http://www.reflexiondz.net/LE-CHEIKH-DE-LA-ZAOUIA-ALAOUIA-DECLARE-A-REFLEXION-L-Algerie-est-bi-kheir_a42603.html

Une chaire d’enseignement baptisée Emir Abdelkader à l’Université d’Oxford

http://www.algerie1.com/actualite/une-chaire-denseignement-baptisee-emir-abdelkader-a-luniversite-doxford/